DIMANCHE DE LA MISÉRICORDE 2020

Samedi 18 avril 2020, par Christian ROBERT // 3- La Liturgie & Le Temps

.
Un jour une personne m’a demandé : "Quelle est l’origine de la Miséricorde divine ?"... J’ai commencé par la regarder un petit moment... puis je lui ai répondu : "C’est une excellente question !!!"

En fait... sa question ne concernait pas tant"LA MISÉRICORDE DIVINE" que "LA DIVINE MISÉRICORDE"... et cela fait une vraie différence !!!

.

.
Le mot MISÉRICORDE vient du latin "MISERI" (misère - pauvreté) & "CORDIA" (ou "cardia" qui désigne le cœur). C’est donc la faculté de quelqu’un à "manifester un coeur de pauvre"...
Le DICTIONNAIRE LITTRÉ dit à cet égard que c’est le : "Sentiment par lequel la misère d’autrui touche notre cœur"... ou encore : "La grâce, le pardon accordé à ceux qu’on pourrait punir"... et enfin : "La miséricorde de Dieu, la miséricorde divine, bonté par laquelle Dieu fait grâce aux hommes, aux pécheurs". Tel est le sens de LA MISÉRICORDE DIVINE... que nous avons entendu évoquée tout au long de ce Carême... même confiés : « Jésus ayant entendu, il dit : "Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs" » (Matthieu 9 ;12-13).
LES THEOLOGIENS traduisent cela ainsi : « La miséricorde est une attitude caractéristique de Dieu qui peut le définir tout entier : comme le disait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, "Il n’est qu’amour et miséricorde". La miséricorde est révélatrice du soin dont le Père entoure ses enfants : Dieu écoute avec attention ce qui monte du cœur de l’homme ce qui provoque en Lui une attention quasi maternelle. L’homme peut alors accepter de voir la misère, la pauvreté, l’étroitesse de sa vie. Face à nos difficultés à aimer et à pardonner, Dieu lui-même vient combler nos manques et restaurer notre humanité pour nous orienter vers une vie plus donnée. »
C’est pour cela qu’au cours de l’année liturgique 2015-2016... à l’initiative du Pape François... nous avons célébré le JUBILE DE LA MISÉRICORDE... à l’échelle de l’Église universelle.... pour célébrer le 50ème anniversaire du Concile œcuménique Vatican II... et cette disposition particulière du cœur de Dieu (en mettant en exergue plus particulièrement le sens du Service et la condition de Serviteur).

En fait... durant les 1ers siècles d’existence du christianisme on ne parle pas de Semaine de la Miséricorde... ou de Dimanche de la Miséricorde... mais d’ OCTAVE DE PÂQUES...!!!

+ Il s’agit au départ de laisser durablement éclater sa joie de célébrer la Résurrection du Christ Jésus et le triomphe de la vie sur la mort... une fois pour toutes... Et pour cela on emprunte une pratique juive prescrite par ce que nous appelons "l’Ancien Testament" : « L´Octave de Pâques est constitué par les huit jours qui suivent le dimanche de Pâques. La pratique de l´Octave religieuse se retrouve déjà dans l´Ancien Testament avec la fête des Tabernacles (Lévitique 23 à 26 ». Sans compter que les "Néophytes"... les nouveaux baptisés de la Nuit de Pâques... qui se sont préparés durant des années à recevoir cette vie de Dieu, sont trop contents de pouvoir porter leur "vêtement blanc de nouveau baptisé"... durant 8 jours au sein de la Communauté qui les accueille ! L’Empereur Constantin lui-même, qui a institué "cette Semaine de l’Octave de Pâques" et fait du Christianisme la "religion officielle de l’Empire Romain", avait tout intérêt, en fin politique, à pouvoir se montrer publiquement durant 8 jours en vêtement blanc de néophyte... ayant besoin de toutes les forces vives pour réunifier l’Orient et l’Occident.

+ Il s’agit aussi de se donner les moyens de tourner la page : « Oui ! Ils sont finis les jours de la Passion, suivez maintenant les pas du Ressuscité : suivez le désormais jusqu’à son Royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite » nous disait la Bénédiction Solennelle de la liturgie de Pâques, dont l’Octave, encore appelée "Semaine de la Miséricorde", s’achève aujourd’hui. Tourner la page pour emprunter un nouveau chemin... et c’est pourquoi on appelait aussi ce Dimanche là DIMANCHE DE "QUASIMODO" ! Car pour entamer cette route, l’Église nous propose aujourd’hui de suivre les pas de "Quasimodo" ! Non... je vous rassure tout de suite, pas le Quasimodo du roman "Notre Dame de Paris" de Victor Hugo... mais le "quasimodo" de l’antienne du Missel Romain  : « Quasi modo geniti infantes Alleluia rationabile fine dolo lac concupiscite Alleluia »... qui est un emprunt à la 1ère Lettre de St Pierre (Ch 2 v.2) : " Comme des enfants nouveaux nés désirez ardemment le lait non frelaté de la Parole " (en grec dans le texte). C’est donc bien à la grâce des commencements que nous sommes invités à goûter aujourd’hui.

+ Il s’agit enfin de permettre aux pèlerins venus de loin... à Rome pour célébrer Pâques... et arrivés en retard par rapport à la nuit et au Jour de Pâques... pour des raisons valables (il n’y avait ni avion, ni voiture, ni moto à l’époque)... de participer à la célébration de la Résurrection "de la même façon" (en latin « quasi modo ») qu’à la messe de Pâques. Et c’est resté : chaque fois qu’un choix important s’est présenté à l’Église...(par exemple pour régler le sort de ceux qui avaient renié leur foi durant les périodes de persécution des chrétiens) c’est le choix de la miséricorde qui l’a emporté. C’est héritage du Christ lui-même... qui a pardonné à Simon-Pierre sa trahison... et lui a confié son Église. On peut penser ici également à Saint Thomas... qui, 8 jours plus tard par rapport aux autres... alors qu’il ne croyait pas à la résurrection... a fini par dire : "Monseigneur et Mon Dieu !" (évangile de Jean 20 ; 19631).

+ Et c’est dans cette tradition que voulait s’inscrire le Pape polonais Jean-Paul II en instituant le Dimanche de la Divine Miséricorde... le Dimanche qui suit le Dimanche de Pâques : « C’est Saint Jean Paul II qui institua cette fête en 2000 le jour de la canonisation de Sainte Faustine. Le Christ lui avait dit : "La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques". » Église de France
Pour en savoir plus sur cette Religieuse polonaise que le Pape Jean-Paul II a canonisé en l’an 2000 MERCI DE CLIQUER ICI !. Vous pouvez aussi prendre un peu de temps pour découvrir son "PETIT JOURNAL"... ou la NEUVAINE DE LA MISERICORDE téléchargeable ci-dessous en PDF :

NEUVAINE MISÉRICORDE
CHAPELET MISÉRICORDE
PETIT JOURNAL (Sr Faustine)

.

SUR CE... JE VOUS LAISSE :

+ OPTER POUR UNE MESSE EN DIRECT DE CE DIMANCHE

+ DÉCOUVRIR LES LECTURES DE CE DIMANCHE AVEC M.-N. THABUT :

.

.

ET COMME UN BONHEUR N’ARRIVE JAMAIS SEUL... AU CAS OU VOUS AURIEZ MANQUÉ LA VEILLÉE DE PRIÈRE DE CE SAMEDI 18 AVRIL À 20h30 - DEVANT « LA SAINTE COIFFE » - À LA CATHÉDRALE célébrée "à huis clos" mais diffusée en direct sur Facebook et YouTube... la voici :
.

.

Et avec une semaine de décalage avec nous "les Orthodoxes" aussi ont fêté Pâques et la Résurrection du Christ... au Saint Sépulcre de Jérusalem !

.

.

BON DIMANCHE À TOUS !
(je pense à vous tous les jours)

Répondre à cet article