QUAND NOTRE ÉVÊQUE NOUS PARLE...

Dimanche 8 novembre 2020, par Christian ROBERT // EN DIRECT DU DIOCESE

.
Les prêtres du Diocèse ont reçus ce samedi 07 novembre toutes sortes de communications de la part de Mgr Laurent CAMIADE, évêque de Cahors. Voici donc un écho de son propos qu’il adresse aux prêtres du diocèse :

« A la veille du jour du Seigneur, encore un dimanche où nous ne pourrons pas célébrer le mystère pascal avec nos brebis bien-aimées, pour lesquelles nous avons donné nos vies, je tenais à vous dire quelques mots d’encouragements.

Vous l’avez su ou vous l’apprenez ici, le référé à l’encontre des mesures sanitaires concernant les cultes a été rejeté par le Conseil d’État cet après-midi. Il n’y a pas là une grande surprise, bien que nous ayons à être attentifs au fait qu’un des arguments avancés par les représentants de l’État, preuves à l’appui, était que des messes diffusées sur YouTube montraient des mesures sanitaires non respectées. En fait, il y a plus de personnes sensibles au manque de précautions que celles, plus bruyantes médiatiquement, qui protestent contre le masque ou la communion seulement donnée dans la main. Dont acte.

Pour plusieurs semaines, nous sommes donc à nouveau dans une situation proche de celle des mois de mars, avril, mai dernier.
J’avoue que cette situation, mêlée aussi aux actes terroristes récents, m’a moi-même un peu assommé. Mais Saint Paul, qui invitait les Thessaloniciens à ne pas être abattus comme ceux qui n’ont pas d’espérance (1 Th 4,13, 2° lecture demain), m’a redonné assez de courage pour vous écrire ces quelques mots.

Je suppose que le Seigneur, qui fait tout contribuer au bien de ceux qu’Il aime, veut nous dire quelque chose en ces périodes pénibles. Le défi qui s’offre à nous est bien de profiter du temps actuel pour discerner à quelle conversion Il nous appelle. Il ne s’agit pas d’entrer dans une culpabilité hors de propos, mais bien de nous mettre davantage à l’écoute de Dieu, pour coopérer davantage à son œuvre, selon sa volonté à Lui. Nous avons tous, peut-être, quelques idées plus ou moins arrêtées sur ce qu’il faudrait changer pour être davantage fidèles au projet divin. Mais, peut-être faut-il d’abord laisser de côté nos idées pour retrouver Dieu vraiment. L’Évangile de dimanche présente dix vierges qui ne font rien d’autre que garder une lampe allumée, ce qui nécessite bien une connaissance technique de la quantité d’huile qu’il leur faut, mais surtout l’acceptation de l’ignorance de la durée de leur attente. Cette acceptation nous est demandée aujourd’hui, assez clairement. Nos projets sont suspendus à des données qui nous échappent. Le seul projet qui nous reste et qui nous a été rappelé dimanche dernier : devenir des saints. Demeurer en présence de Dieu, attendre la venue du Christ, grandir en charité, faire tout le possible pour le bien de notre prochain, même si ce bien passe par le respect d’une distance et de précautions diverses. Sans s’y limiter, bien sûr.

Nous (évêques) venons de vivre six jours d’assemblée plénière des évêques en Visioconférence. Cela a été une très belle semaine car, malgré les contraintes strictes de ce média qu’est « zoom », nous avons eu de vrais échanges et avons fait l’expérience de débats sincères et intenses, contradictoires par moments, mais qui ont débouché sur un ensemble de décisions très encourageantes. Ce fut réellement une expérience synodale car nous avons cherché l’Esprit Saint, invoqué tous les matins avant toute autre parole. Nous avons été soutenus par la prière de la Vierge Marie, invoquée tous les après-midi en participant à distance au chapelet de la grotte de Lourdes. Une vraie joie a transparu sur les écrans.
+ Les premiers jours ont permis de continuer notre réflexion sur l’écologie, même s’il faudra approfondir ce qui a été amorcé sur d’autres rencontres.
+ Nous avons aussi continué nos réflexions sur « Territoire et paroisses » qui apportent des éléments intéressants à notre propre cheminement à propos de la carte paroissiale (...) ; la nécessité d’une conversion missionnaire des communautés comme condition de la joie sacerdotale ; la nécessité de développer une pastorale de l’accompagnement comme condition de la conversion missionnaire des chrétiens ; l’urgence d’apprendre à « ramener les filets », c’est-à-dire accompagner ceux qui rejoignent nos communautés.
(...).
Encore une fois, je vous souhaite d’accueillir avec confiance la grâce que le Seigneur veut nous faire en ces temps troublés et à puiser en Lui la force de l’espérance pour répandre la joie et la paix autour de vous.
Unis en Jésus.
+ Laurent Camiade »

Il nous adresse aussi plusieurs documents... dont vous pourrez trouver certains ci-dessous au format PDF :

Décision du Conseil d’Etat
Après les Attentats
Homélie 32D TO

Répondre à cet article